L

Lorsqu’un ami me demande des conseils pour s’acheter son premier appareil photo, je me rends compte qu’il n’est pas facile pour un néophyte de s’y retrouver.Moi même j’ai eu du mal à m’y retrouver lorsqu’il s’est agi de trouver un petit appareil compact pour initier mes enfants à la photo.

Alors j’ai décidé de vous livrer cet article qui, je l’espère, vous aidera dans vos choix et surtout qui sera adapté à vos besoins et à votre niveau.

1 – Résolution (Mégapixels)

Premier élément sur les publicités, les Mégapixels sont largement mis en avant. Pourtant, c’est moins important que l’on veut nous le faire croire.

Avantage : Les Megapixels indiquent le nombre de pixels composant la photo. Un pixel correspond à un point de l’image. Plus il y en a, plus les détails seront fins, et plus la photo pourra être agrandie sans perte de qualité.

Photo suffisamment détaillée Nombre de pixel insuffisant
Figure 1 : Détails des photos suivant le nombre de pixel (à droite, insuffisant).

Inconvénient : les fichiers seront largement plus gros, prendront du temps à s’enregistrer sur la carte mémoire et à être transféré sur l’ordinateur. Une plus grosse résolution augmente aussi le risque de bruit numérique, qui diminue la qualité de la photo.
Pour quel usage : pour un usage courant, c’est-à-dire des photos de vacances, à développer en 10×15 cm (taille standard) et, à l’occasion, agrandi (en 20x28cm), un appareil photo de 4 à 5 Mégapixels suffit largement. Aujourd’hui, tous les appareils du marché sont à 16 Mpx et plus, ce n’est donc plus un critère très important.

2 – Zoom Optique / Numérique

Là aussi, le zoom est grand argument marketing (zoom x40).
Il faut avant tout voir le zoom optique, qui reflète les vraies capacités de prise de vue de l’appareil photo numérique.

Le zoom optique est le grossissement obtenu par le jeu des différentes lentilles de verre composant l’objectif. A la manière des jumelles, ça grossit le sujet. C’est une photo déjà grossie que reçoit le capteur de l’appareil photo pour prendre la photo. L’appareil et le capteur peuvent donc être exploité au maximum de leur qualité pour donner le plus de détails possibles.

Le zoom numérique, quant à lui, est une partie de l’image reçue, qui est ensuite agrandie par calcul électronique. Par exemple, on ne prend que la zone centrale de l’image, que l’on agrandi en créant des points intermédiaires entre chaque vrai point de l’image.
Vous l’avez compris, à part effectivement agrandir, ce n’est pas pour autant que l’on a plus de détail du sujet. Vous pouvez obtenir le même résultat en recadrant et redimensionnant une photo par n’importe un logiciel de retouche d’image sur votre ordinateur.
photo normale Agrandie avec le zoom numérique
Figure 2 : Le zoom numérique agrandi une zone, mais n’augmente pas les détails.

Pour quel usage : dans tous les cas, ne vous fiez pas au zoom numérique, qui n’apporte strictement rien.

3 – Focale et Zoom (Téléobjectif 3x ou 35-105 mm)

En photo numérique, on parle de zoom en x3 ou x5, avec une correspondance en mm indiquant l’équivalent en photo argentique (35m, 80mm).
En effet, la taille du capteur d’un appareil photo numérique est différente de la taille de la pellicule argentique. Donc on indique l’équivalence en mm.
L’indication en ‘x’ est le facteur de grossissement entre le mini et le maxi de l’objectif, tandis que les mm sont des valeurs absolues.
Exemple : Un objectif 35-105 mm correspond à un agrandissement de 3x (35 x 3 = 105).

Attention : un zoom 3x ne démarre pas systématique à 35mm. Il existe des objectifs qui démarrent à 80 mm,, jusqu’à 160 mm, et seront donc des 2x.
On pourrait se dire que c’est un zoom qui agrandit moins qu’un 3x (puisque 2x), et pourtant, on aura un meilleur grossissement puisque le 2x va jusqu’à 160mm tandis qu’un autre « 3x » irait jusqu’à 105mm.
La vision humaine, ou la focale de référence, est le 50 mm. En dessous, c’est une vision plus large, au-dessus, c’est un grossissement..

Pour quel usage : Aujourd’hui, tous les appareils font au moins du 35 – 100 mm, ou du 3x environ. Un zoom plus gros agrandira plus, mais augmentera les risques de flou et de bougé car un plus grand zoom amplifie aussi tous les mouvements.
Un gros zoom est toujours pratique, mais il vaut mieux avoir un « grand angle » lors des photos de groupe ou pour les photos de famille ou de vacances.

4 – Objectif Grand Angle

Un objectif grand angle est simplement un objectif qui offre une vue large, ou très large.
C’est très utile lors d’une photo de groupe avec de très nombreuses personnes, ou de photo d’intérieur dans une petite pièce où l’on n’a pas de recul.
Un objectif est considéré grand angle quand il affiche une focale minimale < 35 mm. Idéalement, 28 ou 25 mm.

5 – Ouverture (F2 – F22)

Nous allons entrer un peu dans la technique de l’objectif.
Un appareil photo comporte un système qui s’ouvre et se ferme pour laisser entrer la lumière dans l’appareil. Il y a 2 paramètres importants : la taille de cette ouverture, et la durée de cette ouverture.

Une petite ouverture, F22 par exemple, permet d’avoir une mise au point et une netteté maximale. C’est parfait pour une photo de paysage où l’on veut que tout soit net (de près et de loin en même temps).
Une grande ouverture, F2, va limiter la zone de mise au point. C’est parfait pour un portrait où l’on veut que l’arrière-plan (fond) soit flou.
Pour définir l’amplitude (la taille de cette zone) de la mise au point, on parle de profondeur de champ.

Profondeur de champs limitée au visage Profondeur de champs infinie
Figure 3 : La profondeur de champs permet de contrôler la mise au point : toute la scène (paysage) ou limitée au premier plan (portrait).

Pourquoi est-ce un critère ? L’ouverture définit la quantité de lumière qui peut entrer, et donc influe sur le temps nécessaire pour la prise de la photo. (Et donc par là, le risque de flou).

Pour quel usage : à moins d’être utilisateur « avancé », l’appareil photo va le régler pour vous, en fonction du mode choisi (paysage, portrait, intérieur, nuit, etc..).

6 – Vitesse d’obturation (1/2000 – 1/5)

La vitesse d’obturation est le temps d’ouverture pendant lequel l’appareil photo laisse passer la lumière vers le capteur. (Le clic-clac que l’on entend sur les appareils argentiques).

Cette vitesse est fonction de plusieurs choses : la quantité de lumière ambiante, l’ouverture choisie, et la sensibilité du capteur.

Par exemple, si l’ouverture choisie n’est pas grande, peu de lumière entrera dans l’appareil, Pour faire une bonne photo, l’appareil photo va rallonger le temps d’exposition et laisser passer plus longtemps la lumière, pour en avoir suffisamment.
Quand il fait sombre, l’appareil va rester ouvert pendant 1/10 ou ¼ de secondes, ou même plusieurs secondes quand il fait nuit.

Photo avec une pose de plusieurs secondes
Figure 4 : Photo de nuit avec une pose de plusieurs secondes.. L’appareil photo était sur un muret.

Cela peut poser problème : si les conditions nécessitent un temps de pose long, il ne faut absolument pas que l’appareil photo ne bouge. Le poser sur une rambarde ou carrément sur un pied. On considère qu’une vitesse plus lente qu’1/60ème de seconde provoque un risque de bougé, et donc d’image floue.

C’est ici qu’interviennent les stabilisateurs, sur les appareils photos numériques de dernière génération.

7 – Sensibilité (ISO – 50 à 3200 ou plus)

La sensibilité permet d’adapter le circuit électronique et le capteur aux conditions de lumière ambiante.

Si le capteur est très sensible à la lumière (ISO > 800), il lui suffira de peu de lumière pour produire une bonne photo.

Par exemple, S’il fait grand beau temps et grand soleil, en extérieur, l’appareil photo n’a pas besoin d’être sensible à la lumière ; ISO 50, 100 ou 200 suffiront.
Si vous êtes en intérieur, le soir ou de nuit, qu’il fait sombre, là, il faudra rendre le capteur le plus sensible à la lumière, pour éviter d’allonger trop le temps de pose, et de la sorte, éviter le flou et le bougé. ISO 400, 800 ou plus.

ATTENTION : Pourquoi ne pas mettre la sensibilité maximale ? Car l’électronique actuelle amplifie de façon artificielle l’image produite par le capteur.
Et plus c’est amplifié (donc haute sensibilité), et plus les éventuels signaux parasites seront eux aussi amplifiés. Les défauts deviendront alors beaucoup plus visibles. C’est ce qu’on appelle le « bruit numérique ».

Bonne photo sans bruit parasite Agrandissement d'une photo bruitée
Figure 5 : Bonne photo, et agrandissement d’une photo très bruitée.

Vous pouvez le voir dans les zones de couleurs sombres sur vos photos. Le noir n’est pas uniformément noir, mais est un assemblage de points vert, rouge, bleu, ou gris.. Cela nuit à la qualité de la photo.
La solution est de baisser la sensibilité, et donc d’allonger le temps de pose, et peut-être de vous forcer à poser l’appareil photo sur un pied.. Ou d’allumer le flash. (le flash ne portant qu’a quelques mètres, ce n’est pas possible pour les photos de paysage ou d’extérieur..).

Pour quel usage ? Si vous faites souvent des photos de nuit ou d’intérieur, choisissez un appareil photo pouvant monter haut dans les sensibilités (800 ISO et plus), en veillant à ce qu’il y ait un système de réduction de bruit numérique.

8 – Stabilisateur (optique ou capteur)

Lorsque vous êtes obligé de faire une pose longue et d’avoir une vitesse d’obturation faible, il y a un risque de bougé. En effet, lorsque l’appareil reçoit la lumière sur son capteur, il ne faut absolument pas trembler. On considère qu’en-dessous d’1/60ème de secondes, il y a un risque de photo floue.
C’est là qu’intervient le stabilisateur. Il va analyser et compenser les mouvements de l’appareil photo, pour obtenir une image nette.

Photo sans stabilisateur Photo avec stabilisateur optique
Figure 6 : Une photo prise avec ou sans stabilisateur optique. Ratée et bonne à jeter, ou bien une photo valable.

2 systèmes de stabilisation existent :
– le stabilisateur optique, qui analyse jusqu’à 4000 fois par secondes les mouvements de l’appareil photo, et, fait bouger une lentille de verre dans l’objectif pour compenser ces mouvements. La lumière reçue par le capteur électronique est toujours parfaite.
– ou le stabilisateur capteur, qui fait bouger le capteur électronique pour suivre la déviation de la lumière dû aux mouvements que fait l’appareil. Le stabilisateur capteur est répandu sur les appareils photos Reflex, sur lesquels on peut changer l’objectif (l’optique).

Pour quel usage : strictement pour toutes les situations. C’est vraiment un plus. Si l’on ne tremble pas trop, on arrive même à faire des photos de nuit à main levée.. Le stabilisateur s’occupe du reste. Plus aucune excuse pour rater ses photos.
ATTENTION : le stabilisateur n’arrive à stabiliser que dans une certaine mesure raisonnable. Il ne stabilise que les mouvements de l’appareil photo, pas du sujet photographié.

9 – Format d’enregistrement (jpg, raw, tiff)

Vous avez le choix du format d’enregistrement de vos photos en fichier informatique.

Le Jpeg est très répandu et est devenu le standard. Il permet d’obtenir des photos de qualité tout en les compressant pour réduire leur place nécessaire sur la carte mémoire.
ATTENTION
: le jpeg compressant l’image, il perds donc des informations, et diminue la qualité de l’image. Un jpeg trop compressé est visible et dégradé. Il vaut mieux diminuer la résolution de l’appareil photo (mégapixel) plutôt que de changer le réglage de compression Jpeg.
Les fichiers font en général quelques Mo. (2 – 5 Mo).

Photo correctement compressée en Jpeg Mauvaise compression Jpeg
Figure 7 : A droite, compression Jpeg trop forte. La dégration de qualité est bien visible.

Le RAW est un format propre à chaque constructeur. Il nécessite en général le logiciel spécialisé fourni par le fabriquant. C’est la photo en qualité brute, c’est-à-dire la qualité originale telle que « fabriquée » par le capteur de l’appareil. Aucun traitement n’a été fait, y compris les réglages que vous aurez effectués dans le menu de l’appareil photo.
Tout se fait après, dans un logiciel spécialisé, sur l’ordinateur.
ATTENTION : comme les fichiers sont bruts et sans traitement, ils ne sont pas non plus compressés. Ils occupent donc énormément de place sur la carte mémoire.
Les fichiers font en général quelques dizaines de Mo. (25 – 35 Mo).

Le TIFF est un compromis idéal lorsque c’est possible. Les photos ne sont pas en qualité brute, c’est-à-dire qu’il y a déjà eu un traitement dans l’appareil photo (les réglages que vous avez fait dans le menu de l’appareil), mais évite la compression JPEG. Le tiff compresse aussi, mais beaucoup moins et d’une autre manière. La dégradation de qualité, très faible, est généralement invisible.
Les fichiers font en général 5 à 12 Mo.

10 – Cartes mémoires

De nombreux types de cartes mémoire existent. De la XD card à la SD card en passant par la Multimedia Card, ou Compact Flash. Chaque fabriquant ou consortium à tenté d’imposer le sien.
Aujourd’hui, 2 semblent sortir du lot. Les SD, utilisées aussi dans les téléphones sous forme de MiniSD, et les Compact Flash, qui restent le standard des pros.

Cartes mémoires SD et CompactFlash
Figure 8 : Cartes mémoires CompactFlash (à gauche) et SD (à droite), en vitesse 8x ou 133x.

Vitesses ? : Il existe différentes vitesses, comme les lecteurs cd ou graveurs. 60x, 80x, 133x, 150x.. Pur marketing ? Non. Si vous prenez plusieurs photos rapidement, ou une à la suite de l’autre (rafale), lors de photos d’évènements sportifs, ou que vous prenez des vidéos, une carte rapide accélère le temps d’enregistrement des photos sur la carte, et donc aussi, le délai minimum entre 2 photos.

SDHC : Une nouvelle norme est sorti pour les cartes SD : le SDHC (SD Haute capacité). Ces cartes commencent à 4 go et vont jusqu’à 8 Go actuellement.
Les vitesses ne sont plus en vitesses de type 60x, mais sont séparées en 3 classes : classe 2, classe 4, et classe 6, qui garantissent une vitesse minimale réelle et non une vitesse nominale théorique.

ATTENTION : les constructeurs sont toujours aussi avares avec les cartes mémoires fournies d’origine. Ils restent à 16 ou 32 Mo, soit à peine quelques photos. Prévoir obligatoirement l’achat d’une ou plusieurs cartes en supplément.

Quel usage ? Les cartes vont de 16 Mo à plus de 8 Go (8000 Mo)…. Et les prix sont en chute libre. Alors, quand vous partez en voyage, ne vous privez pas. Et prenez de la réserve !!!

11 – Photos en rafale (ou séquence)

Avec des sujets en mouvement, lors d’évènements sportifs par exemple, pour être sûr de ne pas rater l’action, vous pouvez faire des photos en rafale.
L’appareil photo numérique va prendre plusieurs photos les unes à la suite des autres, le plus rapidement possible.

Selon les appareils, et aussi suivant votre carte mémoire, l’appareil pourra aller jusqu’à 3 ou 4 images / seconde… Pendant 2 ou 3 secondes maximum pour certain, ou illimité jusqu’à remplir la carte mémoire pour d’autres.

Photos prises en rafale Photos prises en rafale Photos prises en rafale Photos prises en rafale
Figure 9 : Séquence de photos prises en rafale.

ATTENTION : cette vitesse ne dépend pas seulement de l’appareil photo, mais aussi

  1. – du réglage de compression (forte ou faible),
  2. – du format choisi (JPEG, RAW..) et donc de la taille des fichiers (en Mo),
  3. – des conditions (des photos sombres ou ayant des sujets complexe – parterre de fleur par exemple – seront plus longues à compresser),
  4. – de la vitesse de la carte mémoire, et
  5. – de la taille de la photo (en Megapixel).

12 – Vidéo

Certains appareils photos numériques font mieux que d’autres en matière de vidéo.. Certaines à 30 images/secondes (comme les vrais caméscopes), ou en résolution de 600×400 pixels…
Je dirai de ne pas se focaliser sur ce critère.. Si vous voulez faire de bonnes vidéos, achetez-vous un caméscope numérique.
Sinon, si c’est pour faire quelques vidéos « sur le vif », la qualité / fluidité et le format (Quicktime ou vidéo Windows avi..) n’a pas beaucoup d’importance.

13 – Taille de l’écran

Là, attention. Contrairement à ce que le marketing veut nous faire croire, la taille de l’écran n’est pas si importante. Evidemment c’est toujours confortable un grand écran, sauf si celui-ci est quasi inutilisable au soleil, ou pas assez précis pour voir si votre photo est nette, floue, sombre ou trop claire.

Quel critère ? Privilégiez la qualité de l’écran (pixels), pas la taille (pouces). Certains appareils ont un petit bouton pour augmenter l’éclairage de l’écran, pour dans des situations en plein soleil où vous n’y voyez rien. C’est assez efficace et apporte un réel plus.

APN avec un grand écran APN avec un petit écran
Figure 10 : Différence de taille d’écran sur des appareils photo numérique compacts.

Pour comparer, à part le voir réellement, regardez le nombre de pixels… 200 000 ou 300 000 pixels. Ça donne une idée de la finesse et des détails de l’écran.

14 – Batterie (standard ou format spécial)

Pour la batterie, d’énormes progrès ont été faits. Les nouveaux appareils photos numériques sont beaucoup moins énergivores.

En général, vous avez le choix (bien que de moins en moins) entre

  1. – des batteries au format standard, genre piles alcalines bâtons de type LR6. C’est assez intéressant, en voyage si vous êtes en panne d’électricité et de chargeur, vous pouvez acheter des simples piles au supermarché du coin. Bon, évidemment elles ne dureront pas longtemps, mais ça dépanne. Vous pouvez aussi achetez des vraies batteries rechargeables d’autre marque, et un chargeur de votre choix.
  2. – Une batterie au format propriétaire : la forme est spécifique à l’appareil photo, vous n’avez donc pas le choix. Et devez utiliser des batteries de la marque. En général, en comparant le poids et l’encombrement, elles sont plus performantes et durent plus longtemps. L’inconvénient principal, la dépendance à la marque et à ses tarifs prohibitifs, à tendance à s’estomper… De plus en plus de marques dites « compatibles » et valables arrivent sur le marché, comme pour les cartouches d’encre…

Batterie rechargeable type LR6 Batterie propriétaire Panasonic Batterie Compatible Panasonic
Figure 11 : Différents types de batteries : rechargeable standard type LR6, batterie propriétaire Panasonic et batterie compatible Panasonic.

Comment comparer ? La capacité des batteries est mesurée en mAh. En général, entre 700 et 2500 mAh. Mais c’est à relativiser. Une batterie de 700 mAh avec une tension de 7 Volts est sans aucun doute plus performante qu’une de 2500 mAh en seulement 1,5 Volts.

15 – Facilité d’utilisation

Pour ce critère forcément subjectif, je ne vous donnerai q’un conseil :

  1. – Amusez-vous dans le menu de l’appareil photo, et posez-vous la question de savoir où vous êtes.
  2. – Eteignez l’appareil, et essayer de revenir à cet endroit. Si vous mettez moins de 10 secondes, c’est que l’appareil est intuitif et vous paraît « évident ». Donc qu’il est fait pour vous.

Menu d'un appareil photo numérique Compact
Figure 12 : Menu d’un appareil photo numérique compact.

Les marques ne se valent largement pas sur ce critère, et de loin…
J’ai personnellement un petit faible pour la marque Panasonic, qui selon moi, reste simple et sans fioritures ni gadget inutile.

16 – En résumé, que faut-il pour une bonne photo ?

En premier lieu, un appareil photo correct (dans l’ordre : qualité de l’optique, qualité du capteur, qualité du processeur de traitement).
Pas forcément très bon ni excellent, mais correct pour ce que vous faites et pour le type de photos que vous prenez..
En clair, un appareil fait pour votre utilisation.
C’était le sujet de cet article, et j’espère vous avoir éclairé sur les critères importants à comprendre.

Ne vous fixez pas sur le prix ni sur les marques. Nul besoin d’avoir un appareil photo numérique de marque à 300 € ou à 500 € pour faire des photos de vacances..
Toute la qualité d’un appareil n’y changera pas grand chose, ce qui fait une bonne photo, c’est avant tout vous !

Le choix du sujet, le positionnement suggestif de ce sujet par rapport au paysage ou aux autres objets, le moment choisi (et donc la lumière – ordinaire ou spéciale), vont faire toute l’originalité de vos photos..
Amusez-vous à tester, n’hésiter pas à vous balader et visiter plein de choses, et surtout, faites plein de photos pour vous améliorer constamment et avoir la satisfaction d’avoir fait LA meilleure photo que vous pouviez.

The following two tabs change content below.
G. Sansonne
Passionné de photo, de belles images, de jolies rencontres, je mets mon savoir faire et ma créativité au service de ceux qui recherchent une image qui leur correspond. J'aime aussi apporter mon assistance aux modèles souhaitant apprendre à poser, mais aussi aux photographes voulant peaufiner leur technique. Alors si vous souhaitez fixer un événement important de votre vie ou avoir des photos pour votre carrière professionnelle, c’est avec plaisir que je vous rencontrerai afin de répondre à vos attentes.

Il n'y a pas de commentaires